EP11 - SAGE FEMME

 

@MARINE

EP11 - MARINECaféine_podcast
00:00 / 01:04

L’invitée du 11ème épisode de Caféine est Marine, sage-femme depuis plus de 7 ans dans un hôpital de niveau 3 à Lyon qui prend en charge les grossesses à hauts risques et dispose d’une unité de réanimation néonatale. On a parlé des dessous du métier de sage-femme, rythmé entre accouchements et suivis de grossesse sur des gardes de 12h. Marie nous a également partagé sa vision de la maternité et son rapport à la peur dans ce métier où l’on a très peu droit à l’erreur.

Durant cet entretien, Marine nous raconte comment dès l’enfance elle a voulu s’orienter vers un métier en lien avec l’accouchement. Fascinée par cet évènement dans la vie d’une famille, elle suit ses études de sage-femme au rythme intense et effectue ses premières expériences dans différents hôpitaux. C’est une de ses premières expériences dans un hôpital de niveau 3 qui la marquera le plus et elle décidera alors de faire sa carrière là-bas. Elle nous raconte les aléas des accouchements, de grossesses multiples aux bébés prématurés, elle partage les difficultés rencontrées et donne ses conseils pour comment y faire face en tant que sage-femme, mais aussi en tant que patiente. Elle nous partage également les nouvelles demandes que font les femmes pour leurs accouchements, enclines à vouloir donner la vie de façon plus naturelle. Enfin, la discussion se termine sur des sujets d’avenir que sont les opportunités de carrière pour une sage-femme, car la vie en salle d’accouchement et les rythmes de garde ne durent parfois qu’un temps, ce que la Covid-19 a changé dans ce métier mais aussi comment se réorienter pour devenir sage-femme, un métier accessible à tout âge. 

Une passion pour l’accouchement.

Il faut savoir que tout d’abord, le rêve de Marine était d’être gynécologue obstétricienne mais face à la difficulté des études de médecine, elle se retrouve à devoir partir en étude de sage-femme, un métier qu’elle ne connaissait pas. C’est une réorientation qu’elle ne regrette aujourd’hui absolument pas, effectuant au quotidien un métier qui la comble et qui lui permet d’assister au plus près à ce qu’elle a toujours rêvé de faire : les accouchements. Elle nous raconte les enjeux du métier, plus précisément dans l’hôpital dans lequel elle exerce, où les grossesses à risques font parties du quotidien.

  • Une vocation très jeune et des études difficiles 1:41

  • Les premières expériences en salle d’accouchement. 6:18

  • Les grossesses à hauts risques et leurs enjeux. 12:26

« On se sent bien quand on a fait un accouchement et surtout quand on a coaché la femme toute seule. Quand on lui a parlé, quand on a encouragé la patiente et qu’elle vous regarde et qu’elle suit ce que vous dîtes. Ça, c’est une sensation hyper valorisante.»

Le métier de sage-femme

C’est vrai que le métier de sage-femme a l’image du plus beau métier du monde, celui où l’on donne la vie. Cependant au quotidien, tout n’est pas toujours rose. Il existe beaucoup de risques et la pression y est forte, les accouchements peuvent durer des heures ou même se compliquer, il faut également faire face à l’agressivité des gens, que ce soit les femmes en train d’accoucher en pleine souffrance ou les maris impatients. Il faut savoir s’adapter car les accouchements d’il y a quelques décennies ne sont plus les mêmes que ceux d’aujourd’hui, les femmes qui accouchent ont des demandes nouvelles auxquelles il faut savoir répondre et les comprendre. Marine partage donc avec honnêteté tout l’envers de son métier dont on parle trop peu.

  • Une journée type. 18:17

  • Appréhender la peur : le soutien de l’équipe. . 26:40

  • Le bien-être de la patiente parfois mis en péril : entre agressivité et dépression. 29:04

  • L’évolution du rapport des femmes à l’accouchement. 33:00

« On ne peut pas enlever la peine des gens qui ont des grossesses qui tournent mal, mais on peut les soutenir, les écouter, et puis parfois c’est vrai que juste leur tenir la main et ne rien dire, parce qu’il n’y a pas toujours quelque chose à dire. »

Quelles opportunités de carrière en tant que sage-femme ?

Marine nous explique également le différent rapport que les sage-femmes semblent entretenir avec leur métier une fois qu’elles ont elle-même accouché, et puis comment, en tant que mère, le rythme soutenu de l’hôpital peut parfois poser problème. Même si les opportunités sont plus limitées que dans d’autres secteurs, il existe tout de même des solutions pour pouvoir évoluer et adapter son emploi du temps tout en restant au cœur de métier, que ce soit sage-femme en libéral ou en poste de consultation. Bien sûr, la conversation se finit sur la crise sanitaire de la Covid-19, et comment cela impacte les maternités en France.

 

  • Le rapport à la maternité. 34:43

  • Devenir sage-femme en libéral. 39:55

  • La Covid-19 et son impact sur le monde hospitalier. 42:28

  • Se réorienter en tant que sage-femme : un parcours difficile mais possible. 48:13

«Je sais que si je me mets en libéral, je ferais plutôt du suivi de grossesse, de la préparation à l’accouchement, des monitorings à domicile, de la rééducation du périnée, peut-être de l’échographie mais pas d’accouchements à domicile»

Les conseils de Marine pour devenir sage-femme
1. Être passionné : primordial pour pouvoir tenir le rythme.

2. Être conscient des côtés négatifs : les rythmes de garde et la rémunération.

3.  C’est avant tout un métier magnifique, où on ne s’ennuie jamais.

Références de l’épisode et liens utiles

Hôpital Edouard Herriot - Lyon

Hôpital de Niveau 3

Néonatalogie

Gynécologue obstétricien

Grossesse gémellaire

Baby blues

Dépression post-partum

Projet de naissance

Diplôme d’échographie

Monitoring

Rééducation du périnée

Vous pouvez également nous retrouver sur

Instagram: https://www.instagram.com/cafeine_podcast/?hl=en

Site internet: https://www.cafeinepodcast.fr/

Et sur votre plateforme de podcasts préférée: Spotify, Apple Podcasts, Deezer, Google Podcasts, Castbox, Eeko Podcast…

© 2020 Caféine.
cafeinepodcast@gmail.com